Les porte-bonheur

Les soldats français, pour favoriser la chance, gardaient souvent sur eux des porte-bonheur offerts par leurs proches.

Il pouvait s'agir de médailles pieuses, de « vierges de poilus » qui étaient rangées dans un étui en fer ou encore de « bagues de poilus » en aluminium fabriquées dans les tranchées et censées porter chance.

On pouvait aussi trouver des portefeuilles ou des briquets décorés de symboles favorisant la chance comme le trèfle à 4 feuilles, le fer à cheval ou le chiffre 13 et des porte-bonheur plus inattendus comme le couple Nénette et Rintintin...

 

http://amalep.free.fr/le/histoire/grande-guerre/rmle/images/1917-08-poilus_messe.jpg

×