L’Aspirine Usines du Rhône

Si l’aspirine ne fait pas partie du paquetage du poilu, ce dernier y a eu largement recours dans les tranchées pour soulager petites douleurs et fièvres. C’est en effet à sa seule initiative ou à celle de ses proches (dans les colis des épouses, fiancées, parents et marraines de guerre) que le soldat français dispose d’aspirine : si le paquetage contient en effet des pansements, aucun médicament n’est fourni par l’armée...

Img 1324

Img 1325

Img 1328

Pour la petite histoire, le brevet et la marque de l’aspirine ont été déposés par la firme allemande Bayer en 1899. Dès 1902, la SCUR (Société chimique des usines du Rhône) achète à Bayer les droits de fabriquer de l’acide acétylsalicylique et le commercialise sous la marque Rhodine.

Avec l’entrée en guerre et l’interdiction de commerce avec l’Allemagne, ne plus consommer d’aspirine Bayer devient un acte patriotique : le 14 janvier 1915, la SCUR dépose la marque « Aspirine Usines du Rhône » et, profitant de l’absence des produits allemands, obtient  le monopole de la fabrication de l’aspirine.

Sa production d’Aspirine va pratiquement doubler durant le conflit, passant de 33 118 kg en 1914 à plus de 60 000 kilos en 1918.

Ajouter un commentaire

 
×