Les sous-vêtements du poilu

En plus de sa culotte et de sa vareuse (voir rubrique "La tenue bleu horizon"), le poilu porte au quotidien une chemise et un caleçon. Chaque homme dispose d’une chemise de rechange qui se range au fond du havresac mais d’un seul caleçon. Le caleçon se porte en effet réglementairement par-dessus la chemise et c’est cette dernière qui entre en contact avec les parties génitales. Il faudra attendre 1920 pour que le soldat perçoive un second caleçon ! En attendant, les hommes se dotent souvent, de leur propre initiative, d’un second caleçon afin de pouvoir assurer le nettoyage du premier sans se retrouver nus…

Le caleçon, en cretonne de coton écru avec ou sans rayures bleues, est doté d’une bande réglable sur la face arrière qui permet d'ajuster la taille et de lacets, en bas, pour le serrer aux mollets.

Img 1296

La réglette réglable à l'arrière.

Img 1304

Le modèle présenté ici porte des tampons, malheureusement en bonne partie effacés, parmi lesquels on peut cependant déchiffrer « 114 RAL », 114ème régiment d’artillerie lourde. Ce régiment, créé le 29 février 1916, a été engagé dans le secteur de Verdun de mars à décembre 1916, soit durant toute la bataille, avant de se retrouver sur le Chemin des Dames en 1917 et dans la seconde bataille de la Marne en 1918.

Img 1305

Img 1306

En ce qui concerne les chemises fournies par l’armée, il s’agit du modèle 1878, en flanelle de coton. Elles peuvent être à rayures, à petits carreaux ou simplement blanches. Elles n'ont pas de col mais un simple collet arrondi pour ne pas dépasser de la vareuse. Ouvertes jusqu'à mi poitrine, il faut les enfiler par la tête et les fermer par 3 boutons, le dernier fermant le collet.

Img 1297

Elles possèdent des longs pans qui descendent jusqu'à mi-cuisse.

Img 1322

Si le caleçon réglementaire est assez utilisé, la chemise est souvent de provenance civile. Les marquages réglementaires sont en général très voyants, tamponnés sur la face avant de la chemise.

Le modèle présenté ici, non tamponné, correspond aux attendus du modèle 1878. Il s’agit cependant sûrement d’une chemise de provenance civile si l’on en croit l’absence de tampons et l’existence d’un plastron recouvrant la poitrine.

Pour clore cette rubrique, voici cette même chemise présentée avec une ceinture de flanelle du commerce, très utilisée par les poilus, notamment en hiver, pour se protéger du froid.

Img 1312

Ajouter un commentaire

 
×