Le couteau de tranchée

En 1914, l’équipement du soldat ne comportait pas de couteau mais, avec la guerre de tranchées, on s'aperçoit très vite que le maniement du fusil prolongé de sa longue baïonnette, pose problème lors des combats au corps à corps. Le couteau s'impose rapidement comme une nécessité. Voici une petite sélection de ce que les poilus pouvaient être amenés à utiliser.

Dscf0282

Consciente du manque, début 1915, l'armée distribue près de 50 000 couteaux à cran d'arrêt : les navajas. Celui qui suit mesure 18 cm plié et 31 une fois ouvert...

Dscf0302

Dscf0301

Ce type de couteau pouvait à l'époque notamment être commandé par le biais du catalogue de la Manufacture d'Armes et Cycles de St-Etienne sous l'appelation de couteau de chasse. Plusieurs modèles étaient ainsi proposés :

Dscf7321

Le fait est cependant que, si le navaja est idéal pour couper la miche de pain du poilu, il n'est pas du tout adapté au combat et les Français reçoivent donc... des couteaux de boucher. Des commandes sont passées par l'armée auprès de coutelleries pour fournir aux hommes des couteaux du type de celui qui suit.

Dscf0299 1

Dscf0300

Certains vont s'approprier ces couteaux et les transformer pour les rendre uniques comme les deux qui suivent.

Celui-ci a vu sa lame retaillée et son manche décoré.

Dscf0284

Dscf0285

Les initiales du poilu

Dscf0287

Des encoches destinées à compter les mois de présence au front

Dscf0286

Sur une garniture en laiton le nombre 127 : celui du régiment de l'homme ?

Dscf0292 2

Sur l'autre garniture une date : 1916

Dscf0290 2

Le couteau qui suit a vu sa lame fortement retravaillée et est doté d'un fourreau en cuir provenant vraisemblablement d'un fourreau de baïonnette allemande

Dscf0293 2

Dscf0294

Dscf0295

La lame, dotée d'un gouttière pour permettre l'écoulement du sang, porte la marque "dé à jouer"

Dscf0351

 Certains poilus préfèrent s'équiper seuls. Ces derniers commandent ainsi à leurs proches des couteaux du type de ceux qui suivent.

Dscf0304

Dscf0305

Celui-ci est visiblement une fabrication artisanale à partir d'une lame de la coutellerie Boutonnet située à Mazamet, dans le Tarn, et d'un manche en bois rapporté. Il mesure 34,5 cm pour une lame de 21 cm et porte d'un côté du manche les initiales "P-B" et, de l'autre, l'inscription "1915/16 VÉDUN 49.RI". Si "49.RI" désigne le 49ème Régiment d'Infanterie, on est en droit de se demander si "VÉDUN" ne désigne pas tout simplement Verdun...

Dscf0307

Dscf0306

 

Au final, de nombreux modèles de couteaux de tranchée sont utilisés durant le conflit, parfois fournis par l'armée et fabriqués en série, parfois créés par les poilus eux-même comme celui que nous venons de voir. C'est aussi le cas du poignard de tranchée qui suit, conçu sur la base d'une baïonnette anglaise modèle P1907 du 2ème type datant de 1917 : la longueur a été fortement réduite, passant de 55 cm à 31 cm, tandis que le bouton poussoir permettant le verrouillage et le déverrouillage de la baïonnette sur le canon du fusil a été supprimé.

 

Dscf0296 1

Dscf0297

Comparaison avec un deuxième poignard fabriqué sur la même base mais pas de la même façon : le bouton poussoir a été conservé et la lame est plus longue...

Dscf2353

Pour comparaison, le poignard à côté d'une baïonnette anglaise modèle P1913 fabriquée par Remington en 1916 et mesurant la même longueur que la P1907.

Dscf0298 1

 

Ajouter un commentaire