La carte individuelle d'alimentation

Si la pénurie débute dès 1915 avec l'apparition du pain noir et le développement du marché noir, le rationnement est véritablement mis en place à partir de 1917. La population française est alors répartie en 6 catégories pour la mise en place de tickets de rationnements : les enfants sont rangés dans la catégorie E, les jeunes dans la catégorie J, les adultes dans la catégorie A, les cultivateurs dans la catégorie C, les autres travailleurs dans la catégorie T et les vieillards dans la catégorie V.

Au mois d'août 1917, la farine et le pain sont rationnés et il est interdit de faire de la pâtisserie. Les cartes de rationnement pour le pain sont alors mis en place : les enfants jusqu'à 6 ans ont droit à 300 grammes de pain par jour, les travailleurs à 700 grammes et les autres adultes à 600 grammes. En octobre 1918, la ration est réduite à 100 grammes pour les enfants jusqu'à trois ans et à 300 grammes jusqu'à 13 ans, 500 grammes pour les cultivateurs et les travailleurs de force. 400 grammes seulement pour les groupes A, J et V. Ces restrictions ne seront levées qu'en avril 1919.

En ce qui concerne la viande, il n'est possible d'en avoir que deux fois par semaine en 1917 et trois fois en 1918. De mai 1918 au début 1919, on instaure enfin un rationnement par tickets semestriels.

Le sucre est rationné à 750 grammes par mois de 1917 à 1921. Des rations de saccharine sont également disponible contre des tickets.

Avec des tickets semestriels, il est également possible, quand il y en a, d'acheter des pâtes, du riz, des pommes de terre, du chocolat ou de la confiture. Le rationnement du lait dépend pour sa part des régions.

L'essence, le charbon et le pétrole sont aussi rationnés de 1917 à fin 1918.

Au final, le seul article non rationné est alors le tabac !

Différents modèles de cartes individuelles d'alimentation

photo-139.jpg

photo-143.jpg

Deux modèles de carte de travailleur (catégorie T) recto-verso.

dscf2280.jpgdscf2285.jpg

photo-144.jpgphoto-147.jpg

A l'intérieur de la seconde les coupons à découper (ici coupons pour du sucre)

dscf2278.jpg

Deux modèles de cartes de cutivateur (catégorie C) recto-verso.

Sur le second modèle, les coupons étaient à découper autour de la carte (on devine les coups de ciseaux)

photo-141.jpgphoto-146.jpg

photo-140.jpg

photo-148.jpg

Un modèle de carte de jeune (catégorie J) recto-verso.

dscf2283.jpgdscf2285.jpg

Un modèle de carte de vieillard (catégorie V) recto-verso.

dscf2282.jpgdscf2285.jpg

Différentes feuilles de tickets de rationnement de pain

Dscf2640 1

Dscf2639 1

 

Dscf2643 1Dscf2642 1

Dscf2648 1Dscf2644 1

Dscf2647 1

 

Commentaires (2)

latargue
Pas à ma connaissance. Le plus simple est peut-être - si vous ne l'avez pas déjà fait - de vous adresser directement à la mairie de Beautiran pour consulter ses archives concernant la période. Peut-être a-t-elle conservé des registres...
Cordialement,
OLLIER Christiane
  • 2. OLLIER Christiane | 24/11/2015
Une question : existe-t-il un fichier ou des archives concernant les attributions des "cartes individuelles d'alimentation" à BEAUTIRAN en Gironde en 1918 ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×