La queue de cochon

Que peuvent bien venir faire des cochons parmi les armes utilisées par les Poilus durant la Grande Guerre ? Pas grand chose évidemment puisqu'il n'est pas ici question du mammifère bien connu que l'on retrouve dans nos fermes !

Voici en effet à quoi ressemblaient les queues de cochon que l'on pouvait rencontrer sur le champ de bataille durant le conflit :

Img 08082

De fait la queue de cochon (en allemand Hindernis Schraubpfahl) n'est pas plus un animal qu'une arme mais un piquet en fer torsadé utilisé pour le montage des réseaux de fils de fer barbelés ce qui explique le classement de cet objet dans cette rubrique.

Arme redoutable protégeant les tranchées, le fil de fer barbelé était en effet fixé grâce aux boucles présentes le long du piquet. A ce titre, la queue de cochon est emblématique de l'aménagement défensif sur le no man's land.

La queue de cochon est ainsi nommée car son extrémité inférieure est dotée d’un pas de vis en tire-bouchon, qui lui permet d’être vissée dans le sol et ainsi fixée plus solidement et, surtout, silencieusement. Il n’y a en effet pas besoin d’utiliser un marteau pour l’installer : au début de la guerre, il fallait en effet enfoncer les piquets en tapant dessus ce qui attirait immanquablement l’attention des ennemis.

Côté français, il existait en 4 modèles de longueurs différentes selon leur positionnement. Comptant 1, 2, 3 ou 4 boucles, la queue de cochon mesurait entre 60 cm (modèle à une boucle) et 1m75 (modèle à 4 boucles présenté ici).

 

Ajouter un commentaire